Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 octobre 2013

Les rythmes scolaires en Conseil Municipal

De nombreux parents avaient souhaité assister au Conseil Municipal de ce 1er octobre.

Le Maire avait prévu de s'expliquer sur l'organisation des nouveaux rythmes scolaires, un mois après leur application.

Malheureusement, rares sont ceux qui ont reçu une réponse à leurs inquiétudes.

Ils ont eu un long monologue de l'adjointe à l’enfance.

Celle-ci est revenue sur sa "menace" relayée par la presse de faire appliquer le règlement en matière d’exclusion des enfants en maternelle suite à un absentéisme le samedi matin.

Elle ne voudrait plus faire pression sur les directeurs

Concernant la fatigue et le stress des enfants, ils ne seraient pas dus aux nouveaux rythmes scolaires mais seraient imputables au rythme de vie des parents et des Temps Modernes.

Les parents ont eu droit à une démonstration d’autosatisfaction du Maire ainsi qu'une promesse de "passer dans les écoles avant les vacances de La Toussaint".

Notre demande de réunir un VRAI groupe de travail avec 2 parents représentant chaque école est malheureusement restée sans réponse.

Voici notre intervention

 

Monsieur le Maire,

Lors du Conseil Municipal du 28 Mars dernier, nous avions débattu des rythmes scolaires.

Chacun avait exprimé ce qu’il lui semblait le plus intéressant pour les Wasquehaliens.

Un consensus semblait possible. Dans l’intérêt des enfants scolarisés à Wasquehal.

Vous aviez promis un vote en juin après l’avis du DASEN. Il n'a pas eu lieu.

Pourquoi ? Aviez-vous honte d’assumer vos choix devant vos concitoyens ?

Tout a été décidé en catimini. Parents, enfants enseignants, élus, tous ont été mis devant le fait accompli.

Sans discussion possible et en ignorant volontairement les résultats de votre consultation faite auprès des parents.

Vous aviez promis que tout était prêt pour une mise en place dès septembre  2013.

Les multiples embauches, les multiples « couacs » de ce début d’année scolaire démontrent que des adaptations concrètes et rapides s’imposent.

Vous aviez promis des activités périscolaires de qualité, allant jusqu'à dire que Wasquehal était un bon élève en la matière avec entre autres l’apprentissage de l’anglais, les intervenants en théâtre ou musique.

Selon les retours des parents, selon les retours du personnel encadrant et des enseignants, l’organisation ressemble plus souvent à un centre de plein air qu’à un accompagnement.

Les parents sont inquiets, très inquiets même, de la façon dont les choses se mettent en place, de la façon dont les problèmes sont gérés voire niés.

Les concours de coloriage ou les balles au prisonnier, occupations certes sympathiques, ne sontpas des activités qualitatives telles qu'elles étaient annoncées.

Pire encore est  la menace d' exclusion d' enfants de 2 à 6 ans qui n’iraient pas en classe le samedi matin

Cette provocation est injuste. Elle est irresponsable ! 

Monsieur le Maire, il est plus que nécessaire qu’on revienne, enfin, au respect des citoyens, petits et grands.

Je vous demande de les écouter mais surtout de les respecter

Concrètement je vous demande de réunir un vrai groupe de réflexion auquel participeront 2 parents d’élèves de chaque entité scolaire maternelle et primaire de la ville, ainsi qu'un membre de la direction.

Je vous remercie de votre attention

Stéphanie Ducret

 

617158232.jpg


Commentaires

La réforme de Vincent PEILLON est l’exemple type de la France qui perd. Comment un homme aussi instruit peut il prendre des mesures qui vont à l’inverse du progrès ? Par Idéologie ? Par profits politiques ?
Cette modification coûteuse des rythmes scolaires ne va pas dans l’intérêt des enfants (surtout dans les classes maternelles). C’est une réforme du 20ème siècle appliquée au 21ème siècle.
L’école du futur, c’est entrer dans l’ère du numérique, plus de tableaux, plus de livres, plus de cahiers mais des tablettes tactiles.
Selon l’ O.C.D.E. la France se situe à la 24ème place des 27 pays européens en matières d’utilisation du numérique à l’école. Une triste réalité !
Les enfants dès leur plus jeune âge aiment travailler et s’amuser avec des programmes informatiques.
Bien sûr qu’ils doivent à l’école primaire apprendre à écrire sur des cahiers et à lire dans les livres, mais dès le CM1, l’utilisation du numérique pour les cours doit être de 25%, 50% en CM2et la totalité de l’enseignement dès la 6ème.
Dans les entreprises, les gommes et les crayons ont été jetés aux oubliettes depuis plus de 10 ans. Sauf au ministère de l’Éducation Nationale !
L’argent des contribuables doit aider notre jeunesse à être performante et non des has been.
Cela fait plus de 30 ans que nos élus détruisent notre pays, il est temps que les citoyens lambdas remettent les pendules à l’heure.
Bernard MESUREUR

Écrit par : Bernard MESUREUR | 02 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.