Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 septembre 2005

Referendum du Capreau et le Oui, mais - point de vue de la presse

Nous nous faisons ici l'écho de ce que la presse (ici le quotidien gratuit "20 minutes") analyse concernant le referendum du Capreau :

"Un referendum pour sortir de l'impasse" (ed. du Vendredi 23 septembre 2005)

C’est Wasquehal contre le reste de la métropole. Les 3 500 habitants du quartier du Capreau à Wasquehal sont appelés à se prononcer demain par référendum sur un sujet qui oppose leur maire à ceux de Roubaix et Croix, et même à la communauté urbaine (LMCU).

Le sujet qui fâche : le prolongement du boulevard Montesquieu de Roubaix à travers Croix et Wasquehal pour rejoindre la voie rapide urbaine. Un prolongement décidé en 1999 par la LMCU et accepté par Roubaix et Croix, mais refusé par le maire (UDF) de Wasquehal. Car Gérard Vignoble souhaite d’abord l’élargissement de la voie rapide urbaine, et se sert du boulevard Montesquieu comme monnaie d’échange à la LMCU : « On ne peut pas espérer attirer les entreprises dans le versant Nord-Est en desservant l’équivalent de la population de la Drôme par une seule voie dans chaque sens », martèle-t-il.

Résultat, depuis plus de six mois, les travaux et le boulevard Montesquieu s’arrêtent à la porte de Wasquehal. « On en a assez de cette attente », soupire Stéphanie Ducret, conseillère municipale et riveraine de la voie rapide, qui défend le « oui mais » au prolongement. « Puisque les travaux sont engagés il faut les terminer, mais en se concertant avec la LMCU pour limiter et ralentir le trafic. »

Demain, si la réponse est « non », le maire continuera le blocage, notamment en refusant de délivrer l’autorisation de détruire trois maisons sur le tracé du futur boulevard. Si c’est « oui », Gérard Vignoble a prévenu les riverains : ils devront se débrouiller pour négocier des aménagements avec la communauté urbaine. « Nous demandons toujours l’avis de la population », assure-t-on d’ailleurs à la LMCU. O. A.

A savoir :
La consultation locale prévue par le code général des collectivités locales permet de limiter le vote aux seuls électeurs du quartier concerné. Mais au contraire d’un référendum, le résultat du scrutin n’a qu’une valeur consultative.

Commentaires

vous avez sauvé le "oui"
grâce à votre alternative, j'ai mis un "oui mais" au lieu d'un "non" samedi
grâce à vous c'est la fin du blocage !
j'espère que vous ne nous laisserez pas tomber
gérard Vignoble , lui a dit "allez voir Mauroy"
prenez le au mot et aidez nous à débloquer ces travaux !

Écrit par : Jeanne | 27 septembre 2005

C'est vrai qu'on peut voir les choses comme ça !
Le "oui mais" a probablement sauvé le vote positif de la Consultation du Capreau, ce 24 septembre 2005.
18 voix d'écart entre le "oui" et le "non", 19 "oui mais"...
Ouf !
On a eu que peu de temps et d'occasion de s'exprimer pour proposer cette version.
Aujourd'hui, ceux qui ont défendu le "non" pendant 10 ans ont du mal à digérer le fait que les citoyens n'ont pas suivi !
Saviez vous qu'un élu de l'oppostion en avait fait un de ses objectifs de campagne électorale en 1995 ...Hier contre, aujourd'hui pour !

C'est vrai aussi, et le Maire de Wasquehal l'a répété : maintenant il va falloir qu'on se "débrouille" et qu'on aille voir la Communauté Urbaine.
Merci de votre confiance et de votre remarque et @ très bientôt, Jeanne.

Écrit par : stéphanie | 03 octobre 2005

Les commentaires sont fermés.